AVOIR LA FOI EN DIEU ... CROIRE EN JESUS CHRIST


Oui ou non ?

Deuxième épître aux Corinthiens (1.18 ~ Traduit du grec) :

« Dieu m'en est garant :

notre parole à votre égard

n'est pas à la fois Oui et Non. »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

22 Septembre


"Oui et non" ou bien "peut-être" ou encore "bof !" en haussant les épaules ?

Imaginez qu'un couple se présente en vue du mariage et réponde, avant de passer les alliances, en ces termes incertains au lieu de dire franchement ce que tout le monde attend : "Oui !"

C'est en ces termes aussi que notre alliance doit être passée avec le Seigneur : "Oui !"

Une parole sans ambiguïté !

C'est ainsi que Paul entend s'adresser aux chrétiens de Corinthe comme à tout autre.

C'est ainsi que la Parole de Dieu devrait être enseignée.

Mais cette fermeté dans la foi et dans l'enseignement n'est pas donnée à tout le monde.

Beaucoup l'ont perdue, ou ne l'ont jamais eue, renonçant aux commandements bibliques face aux pressions du monde.

Certains choisissent la modernité en disant "oui" alors que la Bible dit "NON".

Il en est ainsi de la bénédiction accordée par certaines églises aux couples homosexuels sous la pression des évènements.

De telles églises fonctionnent à la remorque du monde au lieu d'être un phare vers lequel on se dirige : "la lumière du monde".

Il ne s'agit pas de rejeter les homosexuels, de les exclure de la communauté chrétienne.

Mais il s'agit simplement, au regard de l'homosexualité, d'être en conformité avec le premier commandement de Dieu, le commandement de la vie :

« Soyez féconds et prolifiques ! » (Genèse 1.28)

Il s'agit de dire "Oui" à la vie !

C'est cela que le prêtre ou le pasteur peut bénir ... et non l'arbre improductif et mort de l'homosexualité.

Seule la relation hétérosexuelle est conforme a cette directive et a reçu la bénédiction de Dieu.

« Voilà, c'était très bon ! » (Genèse 1.31)

Beaucoup hésitent ainsi à choisir ... dans ce domaine comme dans bien d'autres.

Ils disent à la fois "oui et non".

C'est l'incertitude, le reflet d'un manque de convictions.

Parfois, c'est "oui" en public et "non" dans les coulisses du pouvoir, ou l'inverse.

Ou encore "oui" à Paris, quand on est député à l'Assemblée Nationale par exemple, et "non" en province, quand on est de retour face aux électeurs mécontents.

C'est une spécialité pour de nombreux hommes politiques, un art de vivre pour manipuler l'opinion.

Cela s'appelle l'opportunisme, ou le clientélisme.

Comment clarifier notre esprit dans ce monde obscur ?

La lecture de la Bible doit nous permettre de développer nos propres capacités d'appréciation, avec l'aide de l'Esprit Saint.

Il faut s'efforcer de distinguer le vrai du faux, le "oui" du "non".

Ainsi, nous pourrons aussi affirmer à ceux qui nous écoutent :

« Notre parole à votre égard n'est pas à la fois Oui et Non. » (verset 18)

La sagesse

Retour en page d'accueil


La sincérité

Seconde épître aux Corinthiens

Traduit du grec : versets 1.1 à 1.24

1. Paul, apôtre de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et le frère Timothée, à l'Eglise de Dieu située à Corinthe, et à tous les saints de l'Achaïe entière.

2. A vous, grâce et paix de la part de Dieu, notre Père, et du Seigneur Jésus Christ.

3. Béni soit Dieu, Père de notre Seigneur Jésus Christ, Père des miséricordes et Dieu de toute consolation.

4. Il nous console dans toutes nos détresses, afin que nous ayons le pouvoir de consoler tous ceux qui sont dans la détresse, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu.

5. Car si les souffrances du Christ abondent pour nous, c'est aussi par le Christ que notre consolation abonde.

6. Si nous sommes en difficulté, c'est pour votre consolation et votre salut. Si nous sommes consolés, c'est pour que vous soyez réconfortés afin de supporter les mêmes souffrances, comme nous les subissons aussi.

7. Et notre espérance pour vous est ferme, sachant que, en partageant les souffrances, vous partagez aussi la consolation.

8. Car nous ne voulons pas, frères, vous laisser dans l'ignorance de la situation périlleuse que nous avons affrontée en Asie. Nous avons été accablés à l'extrême, au-delà de nos forces, au point de désespérer même de la vie.

9. Nous mêmes, nous avions reçu notre arrêt de mort en notre for intérieur. De ce fait, nous ne pouvions fonder notre confiance sur nous-mêmes, mais sur Dieu qui ressuscite les morts.

10. C'est Lui qui nous a arrachés à une telle mort et qui nous en arrachera. Nous avons placé en Lui notre espérance : Il nous en arrachera encore !

11. Joignez-vous à nous en nous assistant dans la prière, afin que la grâce que nous obtiendrons du fait de l'intercession de beaucoup de personnes devienne pour beaucoup une action de grâce en notre faveur.

12. Car notre sujet de fierté, comme notre conscience en témoigne, c'est que nous nous sommes conduits dans le monde, plus particulièrement envers vous, avec la simplicité et la pureté de Dieu, non avec la sagesse humaine, mais par la grâce de Dieu.

13. En effet, nous ne vous écrivons rien d'autre que ce que vous lisez et comprenez. J'espère que vous nous comprendrez pleinement.

14. Ce que vous avez compris en partie, c'est que, au Jour du Seigneur Jésus, nous serons votre sujet de fierté tout comme vous le serez pour nous.

15. Fort de cette assurance, je voulais tout d'abord venir chez vous afin que vous obteniez une seconde grâce.

16. Puis je serais allé de chez vous en Macédoine, et revenu de Macédoine vers vous afin d'être accompagné en vue de mon départ en Judée.

17. Avec ces visées, ai-je fait preuve de légèreté ? Ou alors mes projets ne sont-ils que des volontés humaines, de sorte que j'exprime à la fois le Oui et le Non ?

18. Dieu m'en est garant : notre parole à votre égard n'est pas à la fois Oui et Non.

19. Car le Fils de Dieu, Jésus Christ, que nous avons proclamé parmi vous, moi, Silvain et Timothée, n’a pas été Oui et Non. Au contraire en Lui, il n'y a que Oui !

20. En effet, toutes les promesses de Dieu ont trouvé leur Oui avec Lui. C’est aussi par Lui que nous disons Amen à Dieu pour sa gloire.

21. Celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous donne l'onction, c’est Dieu.

22. C'est Lui qui nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit.

23. Et moi, je prends Dieu à témoin sur ma vie, que c’est pour vous ménager que je ne suis pas venu à Corinthe.

24. Ce n'est pas que nous dominions sur votre foi, mais nous coopérons à votre joie, car vous tenez bon dans la foi.

Seconde épître aux Corinthiens
2.1 à 2.17 >>>