LA FOI EN DIEU ... AVOIR LA FOI EN JESUS CHRIST


Le combat spirituel.

Deuxième épître aux Corinthiens (10.4 ~ Traduit du grec) :

« En effet, les armes de notre combat n'ont pas

d'origine charnelle. Elles tiennent leur puissance

de Dieu pour détruire des forteresses ... »

LA BIBLE

AU QUOTIDIEN

Lecture du

1er Octobre


Paul était confronté à des réactions d'hostilité mettant en cause son ministère.

Comment réagir dans de telles situations ?

Les réactions humaines sont fréquentes, même de la part de chrétiens profondément ancrés dans la foi.

Mais l'essentiel du combat spirituel doit se fonder sur la prière qui ouvre la porte aux œuvres de l'Esprit.

Ainsi le combat spirituel portera du fruit en se fondant sur :

« ... l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ... » (Galates 5.22-23)

C'est au fruit que l'on reconnaît l'arbre !

Si le combat spirituel se fonde sur la chair au lieu de l'Esprit, il produira au contraire :

« ... l'immoralité, les pratiques dégradantes et la débauche, l'adoration des idoles et la magie, les haines, les querelles, la jalousie, les accès de colère, les rivalités, les dissensions, les divisions, l'envie, l'ivrognerie, les orgies et autres choses de ce genre. » (Galates 5.19-21)

Cette "production" en terme de résultat ne sera pas le reflet d'un combat au nom de l'Esprit Saint mais au bénéfice de l'Adversaire.

On peut identifier la nature du combat qui a été mené en observant les fruits qu'il produit et il est également possible d'identifier ce qui anime l'esprit du "combattant".

Certains se présentent parfois en se disant porteur d'un mandat "de Dieu".

Pour identifier ces "envoyés", il faut être attentif à ce qu'ils produisent.

Mais il faut faire vite ... car la "production" peut être très dommageable.

Pour limiter les dégâts, il y a un moyen de reconnaître ces "faux prophètes" du combat spirituel, car bien souvent ils se recommandent eux-mêmes, aussi prétentieux que l'ange déchu qui les manipule.

L'humilité est un signe distinctif du véritable "homme de Dieu" :

« Car nous n'aurons pas l'audace de nous comparer et d'égaler ceux qui se recommandent eux-mêmes. Ils ne comprennent pas qu'ils sont leur propre mesure et se comparent à eux-mêmes. » (2 Corinthiens 10.12)

Fort de son expérience dans ce domaine, Paul pouvait conclure :

« Car ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, mais celui que le Seigneur recommande. » (2 Corinthiens 10.18)

Retour en page d'accueil


Le combat spirituel

Seconde épître aux Corinthiens

Traduit du grec : versets 10.1 à 10.18

1. Moi, Paul, je vous le demande par la douceur et la bonté de Christ, moi qui suis humble quand je suis parmi vous, et plein de hardiesse envers vous quand je suis loin :

2. J'espère, lorsque je serai présent, ne pas devoir intervenir énergiquement comme je me propose de le faire contre ceux qui prétendent que nous marchons d'une façon charnelle.

3. Car si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair.

4. En effet, les armes de notre combat n'ont pas d'origine charnelle. Elles tiennent leur puissance de Dieu pour détruire des forteresses et renverser les raisonnements prétentieux.

5. Il en est de même contre toute puissance hautaine qui se dresse contre la connaissance de Dieu. Et nous rendons toute pensée captive en vue de l’obéissance au Christ.

6. Nous sommes décidés à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète.

7. Regardez les choses en face ! Si quelqu’un est persuadé d'appartenir au Christ, qu’il se le dise bien en lui-même : s'il est au Christ, nous aussi !

8. Et même si je fais un peu trop valoir l'autorité que nous a donnée le Seigneur pour votre édification, et non pour votre ruine, je n'en rougirai pas.

9. Que je n'aie pas l'air de vouloir, pour ainsi dire, vous effrayer par des lettres !

10. "Car ses lettres", dit-on, "ont du poids et de la force, mais une fois présent, il est faible, et ce qu'il dit n'est pas pris en considération."

11. Que celui qui dit cela le sache bien : ce que nous sommes en parole, absents, par nos lettres ; nous le serons aussi, présents, par nos actes.

12. Car nous n'aurons pas l'audace de nous comparer et d'égaler ceux qui se recommandent eux-mêmes. Ils ne comprennent pas qu'ils sont leur propre mesure et se comparent à eux-mêmes.

13. Quant à nous, nous n'allons pas nous faire valoir au-delà de toute mesure, mais nous allons nous mesurer en vertu de la règle que Dieu nous a assignée pour mesure en nous conduisant jusque chez vous.

14. En effet, nous ne dépassons pas nos limites, comme si nous n'étions pas venus chez vous, puisque nous sommes bien arrivés jusqu'à vous avec l'Evangile du Christ.

15. Ce n'est donc pas d'une façon démesurée que nous nous mettons en valeur par les œuvres des autres, mais, avec les progrès de votre foi, nous pouvons grandir de plus en plus parmi vous, selon notre règle.

16. Et ceci en annonçant l'Evangile sur des terres au-delà de chez vous, sans nous valoriser par les œuvres préparées par d'autres.

17. « Que celui qui s'enorgueillit mette son orgueil dans le Seigneur ! »

18. Car ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, mais celui que le Seigneur recommande.

Seconde épître aux Corinthiens
11.1 à 11.15 >>>